Nos Evenements

Aujoudhui , on meurt au Maroc, faute de disponibilité d'organes à greffer

01-08-2016

Au Maroc, à l'heure actuelle, le nombre de personnes qui arrivent à des stades d’insuffisance rénale terminale augmente de façon très inquiétante. Et bien que le parc des centres d'hémodialyse, aussi bien dans le secteur public que privé, est de plus en plus étoffé, il ne couvre pas tous les besoins à l’échelle nationale. Une des solutions, est le développement de la greffe rénale dans les 5 chu du Royaume. Mais , qui dis greffe, , dis disponibilité de greffons. Ces derniers ne peuvent provenir que de donneurs vivants apparentés, pour un membre de leur propre famille, ou à partir d'une personne en état de mort encéphalique, généralement suite à un accident de la voie publique. Hélas, il y a manque flagrant de greffons, faute de donneurs, qui ne sont pas sensibilisé au fait qu'un don cadavérique, peut donner la vie à plusieurs personnes. Encourager le don d'organes, est une responsabilité de l’État. Et elle ne s’acquitte pas de cette responsabilité, ce qui aboutit au décès de plusieurs dizaine de personnes.